Découvrez les plantes comestibles qui florissent dans la zone d'impluvium de Velleminfroy

À la découverte de la zone d’impluvium de l’eau de Velleminfroy : les plantes comestibles (1/3)

Publié le dans Nature/Environnement, Velleminfroy

Dame Nature est très généreuse dans la zone de captage de l’eau de Velleminfroy où le promeneur peut découvrir une trentaine d’espèces végétales à proximité de "La Colombine". Dans ce premier article, nous vous invitons à une balade aux alentours de la Source pour observer la richesse de la flore et découvrir les plantes et les fleurs sauvages comestibles qui y foisonnent.

Pour se familiariser avec la botanique, apprenez, observez et éveillez tous vos sens ! Si cette liste met en évidence les nombreuses vertus thérapeutiques et culinaires des plantes sauvages, soyez cependant vigilants à ne pas les confondre avec d’autres plantes qui peuvent, elles, être toxiques.

Ail des ours (allium ursinum)

Ail des oursVariété sauvage de l’ail alimentaire, l’ail des ours conjugue saveurs et bienfaits pour la santé. Véritable stimulant de l’organisme, il était déjà utilisé par les Celtes comme plante purifiante. Dépuratif, il est efficace pour les problèmes intestinaux tels que les maux d'estomac et les ballonnements. Il facilite la digestion et diminue le taux de cholestérol.
Attention : ne confondez pas ses feuilles avec celles du muguet qui sont hautement toxiques.

Aspérule odorante (asperula odorata)

Aspérule odoranteSurnommée "petit muguet" en raison de ses fleurs blanches parfumées, l’aspérule odorante vous enivre au printemps de son agréable senteur de foin. Cette plante vivace de mi-ombre est très appréciée depuis longtemps pour ses vertus médicinales. Sédative, elle traite l’insomnie, calme le système nerveux et agit contre le stress. Elle possède également des bienfaits sur le système digestif et diminue les ballonnements.

Houblon (humulus lupulus)

HoublonSurtout connu dans la fabrication de la bière, le houblon est une plante grimpante pouvant atteindre les 10 mètres de hauteur. Introduite comme plante médicinale vers le Xème siècle, elle est utilisée dans le domaine de la phytothérapie pour traiter les troubles du sommeil, apaiser les douleurs rhumatismales et articulaires ainsi que pour lutter contre les symptômes liés aux changements hormonaux de la ménopause.

Lamier jaune (lamium galeobdolon)

Lamier jauneTige carrée, feuilles opposées… la ressemblance du lamier jaune avec l’ortie n’est qu’apparente. Cette plante vivace, surnommée à tort "ortie jaune", ne possède pas de poils urticants et ne pique pas. Elle est employée pour ses propriétés anti-inflammatoire, antispasmodique et hémostatique. Elle permet notamment de soigner les troubles digestifs, la fièvre, les inflammations des bronches, les affections buccales, les piqûres, les brûlures, l'eczéma.

Noisetier (corylus avellana)

noisetierÉgalement appelé "coudrier" (du grec corylus, qui signifie "casque" en référence à l'aspect du fruit), le noisetier est un arbuste aux multiples bienfaits. Consommer de la noisette chaque jour permet de lutter contre le mauvais cholestérol et contribue à diminuer le risque de maladies cardio-vasculaires. Grâce à leurs propriétés astringentes, les feuilles de noisetier en décoction s’avèrent très efficaces contre les diarrhées.

Ortie blanche (lamium album)

Ortie blancheA l’instar de sa cousine l’ortie piquante (urtica dioica), l’ortie blanche ou lamier blanc est un trésor de bienfaits. Non urticantes, ses feuilles peuvent être consommées crues, séchées ou infusées. Réputée pour ses vertus diurétiques, drainantes, astringentes, toniques et antioxydantes, l'ortie blanche permet de traiter, entre autres, les problèmes urinaires, gynécologiques, les démangeaisons cutanées ou la rétention d’eau.

Raiponce en épi (phyteuma spicatum)

Raiponce en épiPlante herbacée vivace de la famille des Campanulacées, la raiponce en épi fait partie des plantes sauvages aujourd’hui oubliées. Riches en bienfaits, elle a des propriétés astringentes, digestives, anti-inflammatoires et cicatrisantes. En phytothérapie, elle est utilisée pour soulager les angines, les maux de gorge et autres affections buccales. Autrefois, les fleurs étaient aussi prescrites pour soigner les yeux.
Sur le plan culinaire, les jeunes feuilles et les jeunes inflorescences sont comestibles et constituent un bon légume. À consommer crues ou rapidement cuites à la vapeur.

Reine des prés (spiraea ulmaria)

Reine des présUtilisée depuis des siècles pour ses qualités aromatiques et ornementales, la reine-des-prés est une plante herbacée reconnue pour ses vertus thérapeutiques et ses propriétés antalgiques et anti-inflammatoires puissantes. Elle constitue une alternative idéale à l’aspirine puisqu’elle en possède des effets similaires sans les effets secondaires. Elle soulage les maux de tête, les douleurs dentaires, la fièvre, les douleurs articulaires et les rhumatismes.

Vous aimerez aussi
Vos réactions
Réagir
  1. Il me semble que la derniere photo ne correspond pas à la Reine des Prés …Je pense que ce sont plutôt des carottes sauvages …
    Bravo pour votre blog qui est tres intéressant et j’ai hâte de goûter à votre eau ….

  2. Bonjour Yvette,
    Merci beaucoup pour votre commentaire. Nous sommes ravis que le blog vous donne entière satisfaction.
    Concernant la photo de Reine des Prés, nous allons mener notre petite enquête et vérifier ça de plus près 🙂
    Très belle journée à vous !

  3. Bonjour
    Je m’apprêtais à faire la même remarque : je pense aussi que ce sont des carottes sauvages (en tout cas pas de la reine des prés, c’est sûr).
    Ce mis à part, effectivement je pense que ce blog est sympa.
    Bonne continuation

  4. Bonjour Rémy et Sophie,
    Vous avez de véritables yeux de lynx ! Nous vous remercions pour vos précieux commentaires qui nous ont permis de corriger les erreurs de photos 😉
    Très belle journée à vous !
    Camille de Velleminfroy

Réagissez à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>